Publicité

Élections fédérales : bilan d’une course à trois

Politique
Hélène Laverdière et une pancarte «Merci»
Hélène Laverdière s’est dit enchantée et honorée d’avoir obtenu à nouveau la confiance de l’électorat dans Laurier—Sainte-Marie. (Photo: Facebook)

Contrairement à ce qu’avaient prédit les analystes, la soirée électorale dans Laurier-Sainte-Marie a pris l’allure d’une course à trois.

La candidate libérale, Christine Poirier, s’est imposée dans ce qui devait initialement être un duel entre Gilles Duceppe, qui avait représenté le comté pendant deux décennies, et la députée sortante, Hélène Laverdière.

Cette dernière se dit « enchantée » et « honorée » d’avoir obtenu à nouveau la confiance de l’électorat dans la circonscription qu’elle représente depuis 2011.

Le NPD reste en selle

« Un château fort », c’est ainsi que décrit la députée élue sous la bannière du Nouveau parti démocratique qui conserve les trois circonscriptions adjacentes d’Outremont, de Rosemont-La-Petite-Patrie et d’Hochelaga.

Réélue avec une confortable avance de plus de 4 500 voix, selon les résultats préliminaires d’Élections Canada, son avance est similaire à celle qu’il y a quatre ans. La majorité néodémocrate qui est était de près de 50 % en 2011 est par contre tombée à moins de 40 % le 19 octobre et ce, davantage en raison de la remontée de libéraux que de celle Bloc Québécois.

Surprise libérale

« Le portrait d’une lutte à deux nous a beaucoup nui », estime la candidate libérale Christine Poirier. Avec près de 12 000 voix (soit 24,4 % des votes), elle a fini troisième, talonnant le chef bloquiste, Gilles Duceppe, par moins de 2 000 voix. « On espérait le miracle de l’emporter », ajoute la candidate défaite, qui pense qu’une partie du vote libéral s’est déplacé vers le NPD dans une volonté de bloquer le retour de Gilles Duceppe et de rejeter l’option souverainiste qu’incarne ce denier.

« Je suis ravie de cette victoire collective, a par ailleurs déclaré Christine Poirier qui se réjouit de voir le Parti libéral du Canada (PLC) détrôner le gouvernement conservateur de Stephen Harper à Ottawa. Je suis satisfaite de notre campagne. » Dans Laurier—Sainte-Marie, le taux d’appui du PLC a bondi de 15 % pour s’établir à 24,4 %, comparativement à 9,9 % en 2011.

Le Bloc en réflexion

Déçu des résultats de son parti et de sa défaite personnelle, Gilles Duceppe a donné un point de presse mardi, mais son attaché de presse, Mathieu Saint-Amand, a indiqué que le chef bloquiste ne donnerait pas d’entrevues.

Battu pour la seconde fois consécutive dans Laurier-Sainte-Marie, l’ancien député a vu ses appuis passer de 35,9 % à 28,3 % entre 2011 et 2015 et a perdu quelque 4 500 voix par rapport aux dernières élections.

Une campagne gagnée localement

Tandis que Gilles Duceppe a principalement fait campagne au niveau national, tant Christine Poirier qu’Hélène Laverdière ont fait campagne localement. « Ça a certainement fait la différence », analyse cette dernière, qui affirme avoir été très engagée dans sa circonscription depuis sa première élection en 2011. « J’essaie d’être sur place quand ma présence n’est pas requise à Ottawa. »

Au terme de cette longue campagne, Hélène Laverdière et son équipe entendent prendre quelques jours de congé. Et après? « On se roule les manches et on recommence », lance la députée.

Christine Poirier, qui a donné naissance en pleine campagne à son deuxième enfant, affirme pour sa part vouloir se consacrer à sa jeune famille, alors que Gilles Duceppe doit annoncer jeudi s’il continuera ou non à assumer la direction du Bloc québécois.

Vos commentaires
loading...