Publicité

Ca y est, tu as déménagé sous terre ?

Éditoriaux
arbres pleins de neige
Ce qui pousse sur le bunker. (Photo: Stéphane Desjardins)

Alors que les premiers flocons de neige ont à peine eu le temps de tomber, pour disparaître quasi aussitôt, les photos #snow se sont mises à pleuvoir sur Instagram et, avec elles, tout un fleuve de commentaires plus stupides les uns que les autres.

Comme la plupart de mes compatriotes résidents sur le Plateau, j’ai payé un bras et demi mes billets pour rendre visite à ma famille pendant le temps des fêtes. Et c’est là que je me suis rendu compte de la récurrence de ce commentaire, disons quelque peu… innocent :

« Alors, j’ai vu qu’il avait neigé, vous allez vivre sous terre jusque quand, du coup ? »

(Long soupir)

Mais qu’est-ce que ce mythe foireux qu’au « Canada », on se met à vivre complètement sous terre une fois l’hiver venu? Comme si on avait deux logements : un pour l’été avec un barbecue et une terrasse, depuis laquelle on nourrit les caribous qui viennent brouter l’herbe de notre jardin ; et un l’hiver, sorte de bunker allemand où l’on vit recroquevillés au coin d’un feu recouverts par les peaux des bêtes qu’on a chassées durant l’été. Dafuck !?

En fait cette légende urbaine vient de notre prétendu « plus grand réseau souterrain au monde » et, surtout, des efforts intenses de la ville pour en faire une attraction touristique. « Ze Montreal Underground » pour les touristes français.

Je dois avouer, qu’après une rapide recherche, il paraîtrait que nous ayons effectivement le record du monde avec plus de 33km de corridors au total si on les met bout à bout. Ce qui est assez impressionnant, je vous l’accorde.

Néanmoins, à moins d’être une espèce de taré du magasinage d’hiver ou bien un fan inconditionnel des soupers romantiques dans les food courts, ce réseau ne représente pas un immense intérêt. Soyons honnêtes, c’est plus un enchaînement de galeries marchandes allant d’une station de métro à une autre qu’une « expérience immersive vous plongeant au cœur d’une ville cachée ».

Qui plus est, pour nous les habitants du Plateau, la ville souterraine s’arrête à peu près à la cave dans laquelle nous rangeons nos pneus d’été. Ou au vestiaire de La Tulipe à la rigueur. En tout cas, force est de constater qu’on se promène assez rarement les dimanches dans ce fameux Montréal souterrain.

Donc, me voilà à répéter des « Non grand-mère, je n’arrive pas chez moi par une trappe » devant des yeux ébahis pensant que ne subsiste aucune vie en dessous de -10°.  Puis, me disant qu’il y avait peut-être une bonne blague à faire vu que la COP21 venait de se terminer, je me mets à raconter que le réchauffement climatique est un enjeu vraiment crucial au Canada. Bien plus crucial qu’ailleurs car beaucoup de nos institutions sont faîtes en glace et qu’elles sont tout simplement… en train de fondre !

Assemblée stupéfaite : « Ah bon ?? ». Et le tonton lourdingue qui veut briser le silence, te donne un coup de coude et gueule : « Leur Parlement fond, tu m’étonnes qu’ils se battent contre le réchauffement climatique ! Rhahaha, allez ressers moi une goutte de champagne Jean-Marc ! ».

C’est quand même génial les stéréotypes. La prochaine fois, je leur raconterai comment j’ai chassé l’ours qui était venu fouiller dans mes poubelles, avenue Mont-Royal.

Allez bon hiver à tous, n’oubliez pas de sortir votre plus belle Canada Goose !

Vos commentaires
loading...