Publicité

Intersections dangereuses pour les piétons

Transport
Carte des artères du Plateau qui sont le théâtre de nombreux accidents impliquant des piétons.
Année après année. les artères du Plateau sont le théâtre de nombreux accidents impliquant des piétons. (photo : Agence de la santé et des services sociaux)

Depuis l’accident du 7 janvier qui a couté la vie à Concepción Cortancans, la question de la sécurité des piétons est sur toutes les lèvres.

Le Plateau Mont-Royal comporte certaines des intersections les plus dangereuses à Montréal, selon les données de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), compilées à partir de rapports du Service de police de Montréal (SPVM) et cartographiées récemment par Radio-Canada.

Entre 2011 et 2014, 10 accidents survenus à l’intersection de la rue Saint-Denis et de l’avenue du Mont-Royal, dont trois ont résulté en des blessures graves pour les piétons impliqués et un s’est traduit par un décès.

Un problème connu

Dans un mémoire présenté en 2013 à la commission permanente sur le transport et les travaux publics de la Ville de Montréal, l’Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) rappelait que dans l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, près d’une intersection sur deux avait été le théâtre d’accidents avec piétons blessés. Le mémoire indique également que l’arrondissement figure au deuxième rang au niveau du nombre de jeunes piétons blessés, après l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Le volume de circulation et la configuration des artères sont deux des caractéristiques identifiées par l’ASSS comme facteurs de risque pour les piétons, comme l’ont fait remarquer les portes-parole de Piétons Québec en marge de la commémoration de Concepción Cortacans le mois dernier.

Le cas de l’avenue du Parc

« La corrélation est évidente entre le volume du trafic et le nombre d’accident », notait Véronique Fournier.

Bien que la SAAQ indique que le nombre de décès et de piétons blessés est en baisse depuis une quinzaine d’années au Québec, le nombre d’accidents demeure élevé.

« Le bilan est tragique et on ne saurait s’y résigner », avait pour sa part déclaré Félix Gravel qui déplorait que les piétons courent « un danger de mort » en se déplaçant en ville. Il ajoutait que « la culture de la vitesse tout comme la configuration autoroutière de nos villes y sont pour quelque chose ».

Entre 2003 et 2012, la Direction de la santé publique de Montréal avait dénombré pas moins de 158 accidents avec piétons blessés sur l’avenue du Parc entre Jean-Talon et Sherbrooke. Sur la portion située entre Van Horne et Sherbrooke, une vingtaine d’accidents sont survenus en quatre ans, selon les données 2011-2014 de la SAAQ intégrées dans une carte interactive par Radio-Canada.

Vos commentaires
loading...