Publicité

Qui a inspiré le nom de nos stations de métro?

Histoire
La carte de Gilles Laporte explique sommairement l'origine du nom de chaque station du métro de Montréal.
La carte de Gilles Laporte explique sommairement l’origine du nom de chaque station du métro de Montréal.

Le nom des stations de métro rappelle un lieu, une rue, une institution, ou une personnalité qui a façonné l’histoire de Montréal ou du quartier.

On peut toujours faire une recherche sur Internet pour trouver l’origine du nom d’une station de métro. Mais aucune carte ne compilait ces informations. Un montréalais et historien, Gilles Laporte, a remédié à la situation. On peut visionner sa carte sur le web.

Le Plateau compte trois stations de métro. La carte rappelle que la station Sherbrooke, qui indique le nom d’une des plus célèbres rues de la métropole, fut baptisée en l’honneur de Sir John Coape Sherbrooke (1764-1830), un militaire et diplomate qui fut gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique de 1816 à 1818. Sherbrooke fut apprécié en son temps et il fut plutôt sympathique face aux Canadiens Français et leurs représentants politiques et religieux, notamment Louis-Joseph Papineau et Mgr Plessis.

La station Mont-Royal désigne tant l’avenue que la montagne emblématique de Montréal, qui fut désignée comme telle par nul autre que Jacques Cartier, en 1535, rappelle la carte. C’est en 1643, l’année d’après la fondation de Ville-Marie, que Paul Chomedey de Maisonneuve y érige une croix, et en 1676 que les Sulpiciens érigent un fort à ses pieds. Le 24 mai 1876 est inauguré le parc du Mont-Royal. En 2003, le mont Royal obtient le statut d’arrondissement historique et naturel, rappellent les Amis de la Montagne.

Quant à la station Laurier, elle désigne tant une rue que l’ancien premier ministre du Canada, Sir Wilfrid Laurier (1841-1919). Il fut le premier francophone et le septième à occuper ce poste, de 1896 à 1911. On doit à Laurier le concept de deux peuples fondateurs du Canada. Héros des francophones en son temps, son héritage est paradoxal en considérant l’avancée bien ordinaire de leurs droits et leur statut durant son règne. Jugé comme un progressiste alors qu’il était au pouvoir, il serait aujourd’hui considéré comme un conservateur social. Laurier est tout de même un des personnages historiques majeurs de l’histoire du pays.

La carte de Gilles Laporte explique sommairement l'origine du nom de chaque station du métro de Montréal.

Vos commentaires
loading...