Publicité

4 pistes pour le développement de la mobilité durable

Environnement, Transport
Le vélo-partage est une forme de mobilité durable favorisant le transport actif. (photo : Simon Van Vliet)
Le vélo-partage est une forme de mobilité durable favorisant le transport actif. (photo : Simon Van Vliet)

Pamplemousse.ca s’inspire du programme des Semaines de la mobilité pour proposer quatre pistes d’action pour la mobilité durable.

Plusieurs pistes se dégagent de la programmation montréalaise de l’événement qui se poursuit jusqu’au 30 septembre. En voici quelques-unes :

1) Piétonnisation

Bien que la première expérience montréalaise de rue piétonne remonte aux années 1960-1970 sur Prince-Arthur, on assiste depuis une dizaine d’années à un certain engouement pour la piétonnisation à Montréal comme ailleurs dans le monde.

Si la fermeture partielle ou totale de certaines artères à la circulation routière se fait rarement sans heurts, ce type d’intervention contribue efficacement à la réduction du trafic automobile. Les scientifiques ayant observé ce processus parlent « d’évaporation du trafic ».

2) Développement du VLS

L’autopartage en général, et le véhicule en libre-service (VLS) en particulier, représente une alternative intéressante à l’automobile individuelle tant sur le plan écologique qu’économique, en plus de contribuer à l’optimisation de l’usage de l’espace urbain et de favoriser l’intermodalité des transports.

Cette semaine, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, Équiterre et Transport 2000 Québec laçaient la campagne #JaimemonVLS visant à souligner l’importance des services de VLS à Montréal.

Une autre forme de partage de véhicule, le vélo-partage, est pratiquée sur le Plateau depuis 10 ans déjà!

3) Électrification des transports

L’électrification des transports constitue un axe majeur de développement de la mobilité durable, mais ne représente pas une solution miracle pour autant.

D’ailleurs, tant le projet de Réseau électrique métropolitain (REM), piloté par la Caisse de dépôt et de placements, que le plan d’électrification des VLS annoncé par la Ville de Montréal suscitent des critiques et des craintes.

En ce qui concerne les infrastructures de recharge pour les voitures électriques, le Plateau est d’ailleurs encore plutôt mal desservi.

4) Promotion du transport actif

En plus de soulever la question du partage sécuritaire de la route entre cyclistes et automobilistes, le développement d’une culture de transport actif implique aussi de repenser la place occupée par les piétons dans l’espace urbain.

La deuxième édition de l’événement intergénérationnel Au cœur d’une ville qui marche! qui se déroulait vendredi (23 septembre) sur le Plateau remet d’ailleurs à l’ordre du jour l’enjeu de la sécurité des piétons qui a fait la manchette plusieurs fois dans la dernière année.

Vos commentaires
loading...