Publicité

Ruelles vertes ou oasis urbains entourés de bitume

Environnement, Vie de quartier
Tomates cerises et plantes aromatiques locales côtoient le tricycle « Made in China ». (photo : Pierre de Montvalon)
Tomates cerises et plantes aromatiques locales côtoient le tricycle « Made in China ». (photo : Pierre de Montvalon)

Cette fin de semaine marquait la troisième édition des Journées des ruelles vertes de Montréal. Pamplemousse est allé se mêler à l’ambiance de la vente de garage de l’une d’entre elles.

Pour celles et ceux qui n’ont pas la chance d’habiter au pied d’une de ces ruelles, on vous offre un petit tour du côté de la ruelle Rachel/Gauthier et De Bordeaux/Dorion.

Une fois qu’on y goûte, on ne peut pas s’en passer.

Sandria, mère de famille impliquée dans le comité de la ruelle, est catégorique : « Je suis venue m’installer ici récemment avec mon conjoint et mes deux enfants pour la ruelle verte. Nous habitions déjà auparavant dans un appartement donnant sur ce genre de ruelle : je nous voyais difficilement habiter dans un autre environnement! »

Dès la fin de l’école, la ruelle se transforme en un grand terrain de jeu pour enfants. Elle devient ensuite un laboratoire où les voisins deviennent des amis au fil des soirées, à force d’appeler « aux devoirs » ou « à table » les enfants éparpillés comme leurs jouets, sans oublier les épluchettes estivales. « C’est tellement plus sécuritaire! Avant la transformation de notre ruelle, beaucoup de voitures aux heures de pointe prenaient la ruelle entre les rues de Bordeaux et Dorion pour se faufiler », souligne Marie-Christine, résidente impliquée depuis le début du processus de transformation de la ruelle, il y a 5 ans.

"Tu conduits tout croche! Et même quand tu marches à côté, tu le conduits tout croche!", conseils de l'aînée à sa petite soeur (photo : Pierre de Montvalon)

« Tu conduis tout croche! Et même quand tu marches à côté du vélo, tu conduis tout croche! » — Conseils de l’aînée à sa petite sœur (photo : Pierre de Montvalon)

Toutes sortes de plus-value

« C’est comme une grande cour communale », explique Mathieu, père de famille. « Et outre l’éventuelle plus-value immobilière qu’apporterait la ruelle, c’est surtout la qualité de vie qui est grandement améliorée : plus de rires, plus de rencontres, mais surtout plus de voiture! C’est notre quotidien qui en est changé. » Et sa fille, Pénélope, 8 ans (« non, 9 ans depuis 2 jours! » s’est-elle exclamée) de confirmer : « Je reviens après l’école, on se retrouve avec les voisins, avec mes amis et on joue ensemble ».

La recette : le verdissement

À l’origine de chaque ruelle verte sont la détermination et la patience de ses résidents. À force d’initiatives, qu’elles soient individuelles telles qu’entretenir un carré d’arbre, ou effectuées en collaboration avec l’arrondissement, un îlot vert pourra surgir de terre. « Le bitume est un environnement tellement hostile! » déplore Marie-Christine. « Ça a été une étape importante d’en remplacer par des carrés de terre. Fraicheur et bonne humeur garantie!

Et au fil des années, la ruelle verte se transforme en ruelle champêtre, réel havre de paix où les fleurs multicolores embaument l’espace, accompagnées du chant des grillons.

IMG_6126

Une perle champêtre dans la jungle urbaine. À découvrir par soi-même! Indice : aux alentours du Square Saint-Louis (photo : Pierre de Montvalon)

Vos commentaires
loading...