Publicité

Une corvée de ruelle sous une rencontre multiculturelle

Environnement
ruelle
Les résidents de la ruelle située entre l’avenue du Parc, la rue Hutchison, l’avenue Van Horne et la rue Bernard désirent verdir celle-ci et en profiter pour créer des liens avec la communauté juive. (photo : Gracieuseté — Émilie-Cloé Laliberté)

Juifs hassidiques, Portugais et Québécois apprendront à connaître la culture de chacun autour d’un projet commun, celui de verdir leur ruelle.

Pour beaucoup de citoyens, le verdissement de ruelle permet de s’ouvrir à ses voisins et d’apprendre à échanger avec ceux-ci. Pour la vingtaine de familles et quelques membres issues de la coopérative québéco-portugaise Notre-Dame-de-Fatima qui désirent verdir leur ruelle située entre l’avenue du Parc, la rue Hutchison, la rue Bernard et l’avenue Van Horne, ce projet leur donnera aussi l’occasion de faire la connaissance d’une culture qui leur était méconnue jusqu’à il y a quelques jours.

« Ça fait longtemps qu’on chérit l’idée de verdir la ruelle car on trouve qu’elle est dangereuse pour les enfants, mais on veut également en profiter pour faire le pont avec la communauté juive avec qui nous cohabitons dans le Mile-End et partageons notre ruelle », explique la membre du Comité des voisins de l’Avenue Parc et la rue Hutchison, Émilie- Cloé Laliberté, encore sous le charme de ses premiers échanges avec cette communauté.

Premier contact

IMG_1533

L’état actuel de la ruelle Parc-Hutchison-Bernard-Van Horne (photo : Gracieuseté — Émilie-Cloé Laliberté)

C’est par l’intermédiaire des Amis de la rue Hutchison que le premier contact s’est créé. Cette association a vu le jour grâce à la première femme juive hassidique élue au Canada, Mindy Pollak, afin d’atténuer des tensions qui persistaient depuis quelques années. La rencontre avec deux de leurs représentants, Joanne Shiller et Baruch Posner, « fut des plus intéressantes ».

« Ç’a été particulièrement enrichissant d’entamer le dialogue avec la communauté hassidique, car ce n’est pas quelque chose qui se fait régulièrement. On a senti une grande ouverture à vouloir répondre à nos questions et parfois aussi déconstruire des préjugés, témoigne Mme Laliberté. Cette communauté est plus qu’heureuse de tisser des liens avec nous autour de ce projet et c’est évidemment un sentiment partagé ! C’est la diversité qui a toujours fait la richesse du Mile-End ! »

L’enthousiasme de la part de la communauté juive s’est fait valoir au point tel que quelques-uns d’entre eux ont  proposé leur aide pour la corvée de ruelle qui se tiendra le 30 avril prochain, organisée par les membres du comité social de la coopérative Notre-Dame-de-Fatima « pour donner un peu d’amour à [la] ruelle qui en a bien besoin ! » Tous les citoyens intéressés au projet sont d’ailleurs invités à s’y joindre à partir de 9h30. Les enfants pourront aussi s’y amuser en peinturant des cabanes à oiseaux.

Autres projets à venir

Une réunion d’information et d’échange concernant le verdissement de ruelle se tiendra également le 15 mai prochain à 19h30 dans l’espace collectif de la Coop accessible par l’entrée au 5926, avenue Parc. Une représentante de l’arrondissement sera présente pour répondre aux questions techniques. Quelques représentants des Amis de la rue Hutchison et des experts en ruelles vertes seront également de la partie pour voir comment la circulation de voiture peut être assurée malgré le verdissement — une condition pour que la communauté hassidique participe au projet.

« L’idée est de mettre tous les voisins en lien pour solidifier notre communauté autour d’un projet d’embellissement de ruelle. On veut découvrir qui sont nos voisins et comment on peut s’entraider les uns les autres. Une fois ce projet réalisé, les liens seront plus forts, et notre collectivité aussi », explique Émilie-Cloé Laliberté.

Celle-ci porte notamment pour inspiration le projet de la ruelle verte Sainte-Famille dans Milton-Parc pour leurs fêtes, leur cabane à sucre et leur collaboration avec des artistes locaux pour embellir leur ruelle.

« On a encore des croutes à manger avant d’arriver à un tel résultat. On va commencer par se connaître et par voir ce que chacun veut faire » dit Mme Laliberté en riant.

Vos commentaires
loading...