Publicité

Accidents: je suis en colère contre les coroners

Transport
La coroner Stéphanie Gamache recommande à la Ville de Montréal « de revoir la signalisation » du secteur de l'avenue Parc, près de la traverse piétonne qui mène à la statue de George-Étienne Cartier. (photo : Marie-Eve Cloutier)
La coroner Stéphanie Gamache recommande à la Ville de Montréal « de revoir la signalisation » du secteur de l’avenue Parc, près de la traverse piétonne qui mène à la statue de George-Étienne Cartier. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Ça vous dit quelque chose?

  • 18 juillet 2013 – Suzanne Châtelain (Avenue du Parc, au nord de Saint-Viateur)
  • 28 juin 2013 – Marc-André Fontaine (Rosemont et de Lorimier)
  • 28 avril 2014 – Mathilde Blais (Saint-Denis, sous le Viaduc du CP)
  • 16 janvier 2016 – Concepcion Cortacans (Avenue du Parc et Rachel)
  • 22 Août 2016 – Justine Charland St-Amour (d’Iberville et Rosemont)

Autant de victimes d’accidents, piétons ou cyclistes, sur la route. Et j’aurais pu certainement en rajouter si j’avais fouillé davantage…

Des morts évitables, mais dont les rapports de coroners, dans plusieurs cas, restent assez vagues sur la responsabilité du conducteur ou sur la question de la place du camion en ville.

Évidemment, dans certains cas, on réclame de meilleurs aménagements sécuritaires pour piétons et cyclistes, et en plus grand nombre. Mais ce n’est pas assez selon moi. Surtout qu’on a vu l’administration Coderre baisser les bras au cours du présent mandat, après un plan Tremblay qui n’allait peut-être pas assez loin, mais au moins qui commençait à prendre la situation du partage de la route un peu plus au sérieux.

Les coroners, sauf dans le cas de l’emportériage qui emporté la vie de Mme Châtelain sur du Parc, sont assez silencieux quant à la responsabilité des conducteurs.

Le camion-grue qui a heurté Mme Blais dans le tunnel sous la voie du CP n’avait pas le droit de se retrouver là à cette heure matinale du 28 avril 2014: pas un mot du coroner à cet effet.

Un chauffeur de VUS a heurté Mme Cortacans de plein fouet sur l’avenue du Parc, en janvier 2016, alors qu’elle traversait, certaine d’être en sécurité puisque le feu était au vert pour elle. Le chauffeur, dans le confort de son VUS, a non seulement brûlé son feu rouge, mais il roulait trop vite: il était distrait par le chemin que lui indiquait son GPS. Le blâme s’est limité aux branches et à la mauvaise signalisation du secteur.

Puis, hier, on apprenait que la cause de la mort de Justine Charland St-Amour, c’était «qu’elle ne portait pas de casque», alors qu’elle s’est carrément fait écraser par un poids lourd.  Non seulement était-il illégal dans sa voie, mais le chauffeur a pris un virage qui lui était interdit… Malgré cela, la coroner a blanchi le conducteur!

À quand cela va-t-il s’arrêter?

Oui, je suis en colère…

Vos commentaires
loading...