Publicité

Les allemands de Montréal

Histoire
Procession of the Danube-Swabian Kirchweih couples. (source : archives de la paroisse Saint-Bonifatius / Monsieur Nick Tullius)

On oublie trop souvent que les nationalités immigrées à Montréal se sont toujours donné un point de chute dans un lieu de la ville; un lieu où elles peuvent se rencontrer et festoyer.

Une photo a attiré mon attention cette semaine.  D’abord, on y voyait des couples dans des costumes traditionnels défiler dans une rue.  Deuxièmement cette rue me disait quelque chose.  Troisièmement, le nom de Saint-Bonifatius, inscrit dans la légende de la photo a mis fin à mon interrogation en me faisant reconnaître ce lieu urbain.

La photographie nous montre l’angle sud-ouest du carrefour Des Pins et Hôtel-de-ville en 1966.  La communauté fête les vingt ans de l’église paroissiale puisque cette dernière a été construite de 1942-45, selon les plans de l’architecte René Charbonneau.

(Photo: Google Street View)

Le carrefour a aujourd’hui été un peu transformé par la disparition de l’immeuble de coin qui fait maintenant partie de la cour d’école (du stationnement, devrait-on plutôt dire)  du  “High school of Montreal’s adult center”.

Les bâtiments sont-ils disparus à la suite d’un incendie ou furent-ils démolis pour réaliser la construction de l’école?  Je l’ignore.

Nous sommes tout juste en face de l’église qui a été construite de 1942 à 1945.  L’architecture est simple et l’ensemble est plutôt sobre; probablement à la hauteur des moyens dont disposait la communauté à cette époque.  Je ne saurais dire si la deuxième guerre, qui est en cours à cette époque, a pu avoir un impact sur le délai dans la construction de l’église.  On peut toutefois le présumer.  Les alliés se battaient contre l’Allemagne.

(photo: inventaire des lieux de culte du Québec)

L’histoire de la communauté allemande est quand même de longue date puisque certains membres de la communauté, arrivés au pays dans le premier quart du XXème siècle, réclamaient depuis longtemps la réalisation d’un lieu où ils pourraient assister à la messe en allemand.  Mgr. Gauthier, archevêque de Montréal, leur organisera un lieu de culte avec la collaboration de la paroisse Saint-Louis-de-France.

Les allemands utiliseront la crypte de la grande église installée angle Roy et Laval et la première messe y sera célébrée en mai 1930.  On se souvient que Saint-Louis-de-France a brulée en 1933, forçant ainsi la communauté à se relocaliser.  La “Grande” crise semble avoir beaucoup affecté les familles allemandes; ce qui explique également le passage du temps entre l’incendie et la nouvelle église.

Pamphlet commémoratif de l’occupation d’une partie de l’église Saint-Louis-de-France. (source : archives de la paroisse Saint-Bonifatius)

C’est quand même incroyable de voir comment le tissu social du Plateau Mont-Royal a pu être si riche et que nous en ignorions les détails à ce point.

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...