Publicité

Sécurité des intersections : la Vision Zéro mise à l’épreuve

Politique, Transport
Vélo blanc en souvenir de Suzanne Châtelin.
Le décès de la cycliste Suzanne Châtelain, happée mortellement sur l’avenue du Parc en juillet 2013, a fait l’objet d’une enquête du coroner qui concluait notamment à la nécessité de protéger davantage les cyclistes. (photo : Simon Van Vliet)

En plus de relancer les débats partisans sur la Vision Zéro, le décès d’une cycliste à l’angle des avenues des Pins et du Parc a semé, une fois de plus, la consternation.

« La Vision Zéro, ce n’est pas juste le plan vélo », lance la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau, qui salue le plan-cadre dévoilé par la Ville tout en soulignant qu’il faut en faire plus pour assurer la sécurité des cyclistes. La PDG de Vélo Québec souligne que la collision mortelle de la semaine dernière entre un autobus et une cycliste « prouve l’urgence » d’agir rapidement pour régler le problème des « foutus angles morts » qui ont été à la source de plusieurs décès de cyclistes happés par des poids lourds dans les dernières années à Montréal, dont celui de Suzanne Châtelin en 2013 sur l’avenue du Parc avait fait l’objet d’une enquête du coroner.

Des mesures temporaires aux intersections?

En attendant la mise en place des solutions à moyen et long terme mises de l’avant dans le rapport de la commission des transports sur la cohabitation entre véhicules lourds et usagers vulnérables, la Ville de Montréal devrait miser sur « des mesures simples de marquage au sol ou de signalisation », comme les SAS vélo ou les feux protégés pour cyclistes et piétons, afin de sécuriser un maximum d’intersections à court terme, insiste Suzanne Lareau.

« C’est des façons d’aménager sans dire qu’on reconfigure toutes les artères de Montréal. Quand on les reconfigure, il faut penser à tout ça [des infrastructures favorisant une réduction de la vitesse et un partage sécuritaire de la route], mais en attendant qu’on les reconfigure toutes — ce ne sera pas fait demain — quelles sont les façons simples de pouvoir intervenir sur beaucoup d’intersections en même temps? », demande la PDG de Vélo Québec, qui a lancé à la fin août la campagne Je vote vélo dans le but de faire du développement du vélo un enjeu pour les élections municipales de novembre.

Intersections à risque : des données connues

« La Ville devrait aussi se pencher sur les intersections les plus accidentogènes », ajoute Suzanne Lareau qui déplore qu’on n’ait «  pas pensé à tous les déplacements » cyclistes, lorsqu’on a réaménagé l’échangeur des Pins/Parc en y intégrant une piste nord-sud, mais pas de piste est-ouest. L’index de dangerosité de l’intersection est d’ailleurs parmi les plus élevées sur le Plateau, confirme une analyse des données de la SAAQ pour la période 2006-2011 cartographiées par le journal The Gazette.

« On doit réviser la configuration de cette intersection », confirme le statisticien retraité Richard Phaneuf qui s’est penché sur les données ouvertes du 311 en matière de circulation. L’intersection des Pins/Parc figure d’ailleurs parmi les endroits sur le Plateau ayant fait l’objet de plusieurs signalements au 311 pour intersection dangereuse ou vitesse excessive, selon les données ouvertes analysées par Richard Phaneuf.

Plusieurs requêtes ont été enregistrées au 311 concernant des problèmes à proximité de l’intersection des Pins/Parc. (photo courtoisie de Richard Phaneuf)

Vision Zéro, au-delà du slogan

Ce récent drame sur le Plateau a ramené la sécurité des cyclistes à l’avant-scène en ce prélude de campagne électorale, alors que Projet Montréal fustige le bilan de l’administration Coderre.

Cette nouvelle collision mortelle entre un poids lourd et un cycliste a inspiré des déclarations incendiaires au maire d’arrondissement Luc Ferrandez qui accusait, en marge de la conférence de presse sur l’inauguration de Prince-Arthur, les responsables de l’administration Coderre de faire une opération de « marketing indécent » en mettant de l’avant la stratégie Vision Zéro dans son discours sans y donner suite dans l’action.

« Si le maire [Coderre] veut favoriser la fluidité des voitures [au détriment de la sécurité des cyclistes], qu’il le dise », s’indigne le maire Ferrandez qui maintient qu’un projet de piste cyclable sur des Pins a été écarté par l’administration Coderre, ce que nient Marc-André Gadoury et Denis Coderre. Dans un message vitriolique publié sur son compte Facebook, le maire Ferrandez s’en prend à la conseillère de Villeray Elsie Lefebvre et à l’aspirant maire de Rosemont — La Petite-Patrie, Marc André Gadoury, les deux porte-étendards de la campagne Vision Zéro lancée en grande pompe par l’administration Coderre il y a deux semaines à peine et qui avance qu’aucun décès n’est acceptable.

Marc-André Gadoury n’avait pas retourné notre demande d’entrevue au moment de publier. En fin de soirée lundi, Luc Ferrandez en a quant à lui rajouté sur Facebook en publiant des plans d’une piste temporaire dont l’aménagement devait aller de l’avant au printemps dernier et qui aurait « été stoppé en haut lieu ».

[Rectificatif : une première version de ce texte indiquait que l’intersection figure parmi les endroits sur le Plateau ayant fait l’objet du plus grand nombre de signalements. Au total, quatre signalements ont été enregistrés à proximité de cette intersection, ce qui ne qualifie pas comme un grand nombre, même s’il s’agit d’un nombre plus important que la plupart des intersections du Plateau. Nous vous présentons nos excuses pour cette exagération.]

Vos commentaires
loading...