Publicité

Débat tendu et polarisé dans De Lorimier

Politique
Le débat s’est transformé en face à face entre la conseillère d’arrondissement sortante de Projet Montréal, Marianne Giguère, et sa colistière Josefina Blanco d’une part, et, d’autre part, l’Équipe Coderre, représentée par Jean-Pierre Szaraz et Linda Gauthier. (photo : Simon Van Vliet)

La grogne contre l’administration sortante semblait s’être calmée dans l’Est, mais le débat électoral de jeudi dernier montre que l’opposition reste campée sur ses positions.

Avec le désistement des candidates de Plateau sans frontières, le débat organisé par la Maison d’Aurore s’est transformé en face à face entre la conseillère d’arrondissement sortante de Projet Montréal, Marianne Giguère, et sa colistière Josefina Blanco d’une part, et, d’autre part, l’Équipe Coderre, représentée par Jean-Pierre Szaraz et Linda Gauthier.

Un barrage de questions pour Marianne Giguère

Sans surprise, la première question du public, posée par la candidate défaite de Coalition Montréal en 2013 Suzanne Craig, a porté sur les changements apportés par l’arrondissement aux horaires de vignettes en 2015. Marianne Giguère a expliqué que l’introduction d’une nouvelle zone de vignettes de stationnement et les changements d’horaires avaient été apportés à la demande de résidents de la rue de Brébeuf qui peinaient à trouver du stationnement aux abords du parc Laurier.

La conseillère sortante a ensuite fait face à un tir groupé de questions, sous forme de réquisitoire de la part des portes-parole d’un regroupement formé dans la foulée de la levée de boucliers contre les vignettes 151, sous le nom de l’Association des résidents et gens d’affaire du Petit Laurier. (Précisons que le regroupement en question n’a aucune structure juridique et qu’elle n’est pas inscrite au registre des entreprises du Québec.) L’association a d’ailleurs fait une nouvelle sortie médiatique contre Luc Ferrandez lundi matin appelant à un changement de régime sur le Plateau.

Dialogue de sourds

« Vous n’avez pas été à l’écoute », accuse Serge Chaussé, propriétaire d’une clinique dentaire sur le boulevard Saint-Joseph et résident du secteur, qui estime que les restrictions de stationnement imposées en 2015 sont à l’origine de « plusieurs fermetures » de cliniques de santé. Marianne Giguère rétorque avoir « écouté une autre majorité » de gens qui comprennent le bien-fondé de cette décision.

« En prétendant servir les gens de la rue Brébeuf, vous vous êtes plutôt servis d’eux », a pour sa part lancé Charles Déziel en préambule d’une question sur les mesures que les élus entendaient mettre en place pour assurer le respect de la signalisation par les cyclistes sur Laurier. Josefina Blanco lui a répondu que l’arrondissement soutenait notamment le programme cycliste averti de Vélo Québec.

Michel Pauzé a pour sa part demandé à Marianne Giguère quelle forme prendrait la phase 3 du réaménagement de Laurier Est promise par l’équipe sortante. « Le changement ne sera pas si radical », assure Marianne Giguère qui explique qu’il s’agira principalement d’élargissement des trottoirs.

Quelles priorités pour Équipe Coderre?

« Vous pouvez poser des questions à l’autre équipe », a lancé la conseillère sortante après ce barrage de questions ouvertement hostiles à son égard.

Marc Jarry a sauté sur l’occasion pour questionner Jean-Pierre Szaraz sur ses priorités et ses engagements s’il est élu. « Vous avez critiqué beaucoup », souligne le résident, qui a lui-même critiqué certaines décisions de l’équipe sortante par le passé, en affirmant au passage que le candidat d’Équipe Coderre était l’un des administrateurs présumés de la page Facebook de « l’Association des commerçants et des résidents du Plateau-Mont-Royal ».

(Jean-Pierre Szaraz nie catégoriquement avoir quelque lien que ce soit avec cette page controversée, éditée par des administrateurs anonymes, qui sert de porte-voix aux critiques les plus virulents de Luc Ferrandez et de son administration. Pamplemousse.ca a pourtant recueilli des témoignages et des éléments de preuve circonstancielle qui semblent indiquer le contraire.)

Visiblement plus habitué à critiquer l’administration en place qu’à proposer des solutions, Jean-Pierre Szaraz s’est à engagé à se mettre « en mode consultation » en vue de réinstaurer les anciennes heures de vignettes. Il propose également de recréer un écoquartier afin d’assurer que la gestion du programme des ruelles vertes soit assumée par un tiers indépendant plutôt que par les services de l’arrondissement.

Quel avenir pour le Plateau Est?

Linda Gauthier s’est pour sa part attaquée à plusieurs reprises à sa rivale, Marianne Giguère, notamment sur la question des délais de mise en œuvre du Plan particulier d’urbanisme (PPU) pour le Plateau Est.

Beaucoup de gens sont « désabusés » et déplorent avoir été « laissés à eux même », fait valoir Linda Gauthier qui accuse l’administration Ferrandez d’avoir fait traîner en longueur la mise en œuvre du PPU. Or, selon Marianne Giguère, le report de l’adoption du PPU est le fait d’une décision de l’administration Coderre d’élargir la zone visée pour inclure les abords de la voie ferrée du côté de Rosemont.

Elle précise que l’arrondissement a entamé des négociations avec le Canadien Pacifique pour l’achat du « triangle » Laurier, un terrain vacant que l’arrondissement souhaite préserver en espace vert, et qu’il travaille de concert avec la SDC pour développer la portion la plus à l’Est l’avenue du Mont-Royal.

« On a besoin d’embellir l’Est du Plateau », estime pour sa part Jean-Pierre Szaraz qui dit vouloir notamment améliorer la propreté dans les parcs.

Polarisé et tendu, ce débat était à l’image de la campagne électorale montréalaise qui s’achève cette semaine. Un troisième débat aura lieu ce soir dans le Mile End en présence du maire sortant du Plateau, Luc Ferrandez, et du candidat à la mairie d’arrondissement pour Équipe Coderre, Zach Macklovitch, qui tiendront leur premier et unique débat de la campagne locale lors d’une assemblée publique mercredi soir (1er novembre).

 

Vos commentaires
loading...