Publicité

Piste des Pins : les réponses se font attendre

Transport
Aucune mesure de sécurisation temporaire de l’intersection des Pins/Parc n’a été mise en oeuvre depuis la collision fatale du 14 septembre. (photo : Simon Van Vliet)

La Ville de Montréal refuse toujours de dire pourquoi le projet de piste temporaire, développé par ses propres services, n’a pas été réalisé cet été comme prévu.

Pamplemousse.ca a obtenu, en vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics, les plans du projet du de marquage au sol d’une piste cyclable sur l’avenue Des Pins. Les documents ont été obtenus auprès de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui a offert de prendre en charge la réalisation du projet en lieu et place de la Ville qui n’y a jamais donné suite.

Un projet sans suite?

« Le projet d’aménagement cyclable sur l’avenue des Pins a été initié par la ville centre, et développé étroitement avec l’arrondissement », explique le chargé de communication à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Michel Tanguay.

Les plans dont nous avons eu copie, conçus par des ingénieurs de la division sécurité et aménagement de la direction des transports du Service des infrastructures de la voirie, ont quand a eux été « émis pour commentaire » le 19 septembre dernier, soit quelques jours après le décès tragique d’une cycliste happée par un autobus à l’angle de Des Pins et de l’avenue du Parc.

« En mai dernier, il nous a été confirmé que les aménagements se feraient cet été », assure Michel Tanguay qui dit ne pas savoir pourquoi le projet a été retiré des cartons. Le projet, approuvé par les services concernés à la Ville et à l’arrondissement n’a, semble-t-il, jamais été soumis au comité exécutif pour approbation.

Question éludée

Trois semaines après avoir été questionnée à savoir pourquoi le projet n’avait jamais vu le jour, la Ville de Montréal n’était toujours pas en mesure d’expliquer pourquoi le projet n’avait pas été réalisé tel que prévu cet été. Ce délai de réponse, attribué tour à tour à un volume élevé de demandes et à une absence du responsable dossier, semblent s’inscrire dans une tendance au contrôle de l’information à la Ville de Montréal dont une récente enquête de Radio-Canada fait état.

Rappelons que le maire sortant de Montréal avait lui-même éludé la question lors du lancement de sa campagne sur le Plateau, en accusant le journaliste de Pamplemousse.ca de boire le « Kool-Aid » du maire d’arrondissement sortant, Luc Ferrandez. Ce dernier avait accusé publiquement Denis Coderre d’être intervenu pour bloquer le projet au niveau du comité exécutif.

Réponses évasives

Reprenant la ligne de communication servie à Pamplemousse.ca par l’administration Coderre, un relationniste à la Ville de Montréal nous a acheminé, le 11 octobre, une réponse par courriel.

Frédéric Amiand assure que « la Ville de Montréal a fait de la sécurité des cyclistes sa priorité » avec la stratégie Vision Zéro et rappelle que le plan-cadre vélo prévoit « des investissements massifs de 150 millions de dollars pour les 5 prochaines années ». Dans son message qui n’évoque même pas l’existence d’un projet temporaire, Frédéric Amiand se contente de dire qu’une « piste cyclable permanente sur l’avenue des Pins sera aménagée une fois les travaux terminés ». Des travaux majeurs d’infrastructures doivent être entrepris sur Des Pins dans les prochaines années et s’échelonner jusqu’en 2021.

« La Ville de Montréal travaille à adapter cet aménagement temporaire en fonction des différentes phases des travaux sur cette rue. L’objectif est de maintenir un lien cyclable sécuritaire et confortable durant la période des travaux de l’avenue des Pins », fait savoir Frédéric Amiand dans un complément de réponse acheminé lundi (23 octobre) en fin de journée, après de multiples relances de la part de Pamplemousse.ca.

Alors que la Ville a entre temps mis en place des mesures immédiates, suite au décès d’un cycliste sur la voie Camillien-Houde au début octobre, aucune mesure de sécurisation temporaire de l’intersection des Pins/Parc n’a été mise en œuvre depuis la collision fatale du 14 septembre, et ce, même si des plans existent pour un aménagement avec marquage au sol à cet endroit.

La question de savoir pourquoi le projet de lien temporaire initialement prévu pour cet été n’a pas vu le jour demeure entière.

Vos commentaires
loading...