Publicité

Une belle villa sur la rue Colborne

Histoire
La Maison Henriette-Moreau (photo Alexis Hamel du site IMtl)

AH! cette chère bonne vieille municipalité de De Lorimier; que l’on surnomme trop souvent “Plateau-Est”.  Voici un magnifique témoignage de son passé glorieux.

Alors que l’histoire souligne que de façon générale le Plateau avait échappé la période glorieuse des grandes villas urbaines, on doit quand même considérer la production architecturale des débuts de ce secteur; secteur qui faisait toujours partie du village de la Côte-de-la-Visitation, incorporé en 1870, et ce jusqu’à sa propre incorporation en 1895.  La municipalité sera finalement annexée à Montréal en 1909.

Il fut un temps ou elle risqua de devenir une magnifique petite ville de banlieue.  C’est peut-être la grave crise financière des années 1870 qui eut raison du momentum dans lequel semblait s’engager cette petite ville qui se voulait moderne.  Car des villas ont y en retrouve dès le milieu du 19ème siècle.

La Maison Henriette-Moreau  /  photo Alexis Hamel du site IMtl.

À ce titre, je voudrais vous présenter la Maison Henriette-Moreau, sise sur l’avenue DeLorimier un peu au sud de Rachel.   Henriette Moreau est l’épouse de Hardouin Lionais et possède plusieurs terrains dans le secteur.  La Famille Lionais est responsable de la mise en valeur d’une bonne partie de DeLorimier.

Ils donnent des terrains à l’archevêché pour la construction d’une église et l’établissement d’une paroisse.  Ces terrains baptisés “Mont Thabor” seront par la suite pris en charge par les Jésuites qui y établiront la paroisse de l’Immaculée-Conception.

L’illustration suivante est un extrait d’une planche de l’atlas “fortifications survey” établi par les militaires à la fin des années 1860; peu avant qu’ils ne quittent le Canada.  Sur cet extrait on voit la villa Henriette-Moreau et également la Villa “Rockfield” de la Famille Logan.  Rockfield est construit en 1840 et sera démoli en 1908 avec le règlement de la succession familiale.  Cette villa était situé dans l’axe de la rue Garnier, un peu au sud de Mont-Royal.

Je voudrais attirer votre attention sur le fait assez inusité que les rues Colborne (De Lorimier) et Parthenais sont déjà largement arborées malgré le fait que le lotissement n’est pas encore débuté.  L’histoire raconte que la Famille Lionais avait prévu ces lotissements d’avance et avait planté ces alignements d’arbres.  Le retard du développement immobilier, occasionné par la sévère crise financière fera en sorte que les arbres vont croître de telle façon qu’au moment du développement proprement dit les gens ne pourront que s’exclamer sur la beauté de ces rues magnifiquement arborées et ombragées.  Cette qualification suivra longtemps les destinées de l’avenue De Lorimier.

Extrait des Fortifications survey annoté par Gabriel Deschambault (BAnQ)

On mentionne la construction de la Villa Henriette-Moreau entre 1870 et 1873 mais l’atlas des militaires date de quelques années auparavant et on semble bien déja y retrouver la villa…mystère!  Il semble que la construction de cette demeure n’ait pas été un geste isolé puisqu’on retouve d’autres exemples à proximité.

Ainsi, la photo suivante nous montre l’installation de l’hôpital Sainte-Justine dans un bâtiment situé plus au sud, et à toute fin pratique identique.

Bâtiment ayant logé l’hôpital Sainte-Justine de 1908 à 1914; situé à quelques dizaines de mètres plus au sud. (Photo: Archives de l’hôpital Sainte-Justine)

La Maison Henriette-Moreau est le dernier vestige de cette époque.  Elle a heureusement fait l’objet d’une citation par la Ville de Montréal en 1989 et d’une ré-appropriation par l’école Saint-Joseph (1985) qui l’a incorporé à son espace bibliothèque.  Le bâtiment a été restauré et il est maintenant assuré d’une autre vie au coeur de sa communauté.  Il ne reste qu’à communiquer la belle histoire de cette maison aux élèves de l’école.

Villa de la Famille Logan «Rockfield» (Photo: Archives du Canada, Alexander Henderson)

Les photos suivantes nous montre la Maison Henriette-Moreau au moment de son ré-aménagement.

Pour les lecteurs qui aimeraient poursuivre leur lecture, je les invite à se rendre sur le site du gouvernement du Québec pour plus de détails.

La maison au moment de sa restauration. (Photo: Jean Gagnon Wikimedia)

(Photo: Jean Gagnon Wikimedia)

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...