Publicité

Une promenade dans le Petit Laurier, 1 de 2

Histoire
Église Saint-Denis dans sa facture d’origine. (photo et montage Gaétan Sauriol)

P’tit dernier des “quartiers” du Plateau;  ce “Petit Laurier”  est encore plus jeune que le fameux Mile-End, cet autre territoire très à la mode.   Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’expression, on parle ici de la section de la rue Laurier entre Saint-Denis et Papineau; avec les transversales qui  la croisent.  L’occupation est mixte et l’on retrouve des commerces et de l’habitation.

Je vous propose ici certains commentaires que j’avais préparés afin d’accompagner la visite de ce coin du quartier dans le cadre des tournées historiques et culturelles offertes par notre société d’histoire dans le cadre des activités entourant le 375ème anniversaire de Montréal.  Nous avons réalisé ce projet en collaboration avec l’organisme “Mémoire du Mile-End” qui présentait quant à lui la partie ouest du quartier.  Ça a l’avantage de nous donner un document richement illustré.

Secteur branché et très fréquenté par la jeune population du quartier, le “Petit Laurier” porte bien son nom puisqu’il s’agit d’une portion relativement courte de cette rue.  La communauté y est toutefois chaleureusement attachée.  Le tour d’horizon sera l’occasion de parler de quelques églises : Saint-Denis, Saint-Stanislas et Saint-Pierre-Claver et d’analyser l’histoire et l’architecture du boulevard Saint-Joseph.  On essaiera aussi de comprendre la métamorphose de ce voisinage.

La visite proposée avait comme point de départ la nouvelle place du Côteau-Saint-Louis.  Cette très belle place publique s’inscrit dans le ton du secteur et de sa population qui s’affirme jeune, dynamique et très mobile.

Son aménagement met bien en valeur l’église Saint-Denis dont la construction amorcée en 1900 est complétée en 1911.  La photo nous la montre telle que dessinée par l’architecte Jos. Venne.  Son clocher Est a été exhaussé en 1924 pour y loger un carillon.

Le Saint Frère André a un certain lien avec ce lieu et il nous accompagnera aussi ailleurs dans cette visite.          

On se déplace vers la rue Berri qui est l’amorce du village de Côte-Saint-Louis; le village des pieds-noirs, les fameux carriers à la mauvaise réputation.  Les maisons qu’on y retrouvait sont parmi les toutes premières constructions du Plateau.  Elles datent même, pour certaines que l’on voit sur cette photo, de la première partie du 19ème siècle.

BAnQ / Fonds Edgar Gariépy

Nous entrons dans le secteur des grandes carrières de pierre calcaire: la fameuse pierre grise de Montréal.  Une vaste surface du parc Laurier était en fait  occupée par les carrières.  Et, lorsqu’en 1876 on voulut construire le chemin de fer du nord à cet endroit, il a fallu construire un grand pont au-dessus des fosses des carrières

Archives de la Ville de Montréal

 

le pont ferroviaire de la partie nord  du parc Laurier (BAnQ / fonds du «Canadian Illustrated News»)

Le parc Laurier a fait l’objet d’un récent  réaménagement qui a suscité un grand engouement chez la population du secteur.  Ce fut longtemps un parc local servant plus aux jeux des enfants, jusqu’à la rénovation de la piscine qui a véritablement lancé un mouvement de réappropriation du parc.  Les abords du chalet principal avec la fontaine, les arbustes et les fleurs ont complété ce rajeunissement et la foule «plateaunienne» a littéralement investi la place.

suite de cette balade la semaine prochaine.

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...