Publicité

Le Jardin Notman: on y trouve quelques chicots

Histoire
La Maison Notman sur la rue Sherbrooke angle Clark (Photo: Musée McCord II-102142)

Le Jardin Notman, dont on parle depuis plusieurs années, sera finalement transformé en parc public.

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, en partenariat avec la ville-centre, va prendre en charge ce terrain et procéder à sa mise en valeur.  Situé sur la rue Milton à l’angle de la rue Clark, ce terrain se trouve à l’arrière de la Maison Notman et de l’ancien hôpital-hospice des religieuses anglicanes de Sainte-Margaret.

 

Cette grande propriété a souffert d’une longue période d’incertitude quant à son avenir et sa mise en valeur; mais enfin, avec l’installation récente d’un vaste ensemble d’incubateur d’entreprises en technologie numérique, les jours mauvais sont derrières.

L’ensemble a fait ces dernières années l’objet d’un réaménagement exceptionnel qui a mis en valeur chaque élément de la propriété.  Nous verrons des détails en conclusion à cette chronique.

L’arrière de la propriété de Notman en des temps plus calmes où  elle jouit de son statut de grande villa entourée d’un immense espace vert. (Photo: Musée McCord)

Mais qu’en est-il de ce fameux “jardin” ?  Et pourquoi le dit-on si beau, si on y trouve des chicots?  Eh bien! c’est parce que justement ces chicots sont une espace relativement rare et qui jusqu’à un certain point serait menacée.  Qui plus est, les arbres du “Jardin Notman” sont plus que centenaire et offrent un volume impressionnant, n’ayant jamais subit de pressions indues causées par des implantations de constructions voisines.  Bien sûr, le jardin comporte d’autres essences arboricoles; mais nos chicots sont les vedettes.

Le Chicot févier  (Gymnocladus dioicus) est aussi appelé “chicot du Canada” bien qu’il soit originaire du mid-west américain.  C’est un arbre relativement majestueux car ses branches ne forment pas d’arborescence complexes.  Son port imposant est plutôt composé par son feuillage qui est composé de plusieurs “folioles”.  La feuille elle-même peut atteindre de 90 cm à 1m et l’ensemble compose malgré tout un feuillage relativement “léger”.

Le jardin Notman angle Milton et Clark (Photo : Roger Latour, via CREMTL Conseil Régional de l’Environnement de Montréal)

Son surnom populaire de “chicot” viendrait du fait que son feuillage est relativement tardif et que l’arbre a ainsi l’air d’un chicot parmi les autres qui sont déjà très feuillus.

Le site Flora Urbana nous renseigne davantage sur cet arbre particulier.   On apprend entre autres que plusieurs éléments de cet arbre sont toxiques, dont ses graines,  ce qui lui permettrait  de se protéger contre les prédateurs et de jouir d’une bonne santé et d’une forte constitution: https://floraurbana.blogspot.ca/.

La feuille, le fruit et les graines du chicot. (Image: Roger Latour Flora Urbana)

Image: Roger Latour Flora Urbana

Paradoxalement, on dit que les premiers colons faisaient torréfier ces graines pour fabriquer un succédané de café.  La torréfaction faisant apparemment disparaître toute toxicité.  Cette caractéristique lui a également valu son surnom de “Kentucky coffeetree”.

Belle représentation victorienne du même sujet (Image: artiste: Pierre Joseph Redouté)

BRAVO ! et longue vie au Jardin Notman.  Peut-être ce lieu historique donnera-t’il vie à un jardin d’une présentation elle aussi classique et “historique”.

Si l’on revient à notre Maison Notman.  Il est bon de se souvenir qu’elle est l’oeuvre de l’architecte John Wells; qu’elle a été construite en 1845 pour le juge William Collis Meredith.  Ce dernier, un peu maniaque, avait encadré la rédaction des devis de construction et exigé des pierres de grandes dimensions et d’excellente qualité, ainsi que des pièces de charpente en parfaites conditions.  C’est en 1876 que Notman s’en porte acquéreur et qui y demeurera jusqu’à son décès en 1891.

C’est l’homme politique Georges Drummond qui lèguera finalement la propriété aux soeurs anglicanes de Sainte-Margaret qui y demeureront jusqu’à leur départ en 1991.  La Maison Notman sera classée bien historique par Québec en 1979.

Projet pour la Maison OSMO (“operating system for Montreal”), préparé par la firme Sid Lee architecture.

C’est en 2014 que verra finalement le jour cette Maison OSMO.  Il y aurait toute une chronique à faire sur ce projet assez exceptionnel.  En attendant, pour vous documenter sur la Maison :       http://notman.org/fr/about/a-propos-dosmo/

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...