Publicité

Un réseau cyclable étendu cet hiver sur Le Plateau-Mont-Royal

Transport
(Photo tirée de la page Facebook Vélo d'hiver-Montréal)
(Photo tirée de la page Facebook Vélo d’hiver-Montréal)

La grande majorité des pistes cyclables de l’arrondissement seront praticables quatre saisons par année, a annoncé l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. 

Des efforts supplémentaires seront notamment mis en place par rapport aux précédents hivers sur les routes partagées. Dans cette optique, de nouveaux équipements et de nouvelles façons de gérer la neige seront testés pour la première fois. Une annonce qui réjouit Claudine Sauvadet, membre fondatrice de l’Association des piétons et cyclistes du Plateau-Mont-Royal. « C’est toutes des bonnes nouvelles, il y a une prise en main et un souci d’être hyper efficace là-dessus cet hiver avec la machinerie en plus et une équipe qui est prête à faire un bon travail et un bon service. Maintenant, on va suivre cela de près. »

L’étendue du réseau

Parmi l’ensemble des aménagements cyclables de l’arrondissement, seuls deux secteurs ne seront pas praticables cet hiver. Il s’agira de la voie verte sur la rue de Brébeuf et sur une partie de la rue Saint-Grégoire. « La seule qui ferme carrément, c’est de Brébeuf et un petit bout de Saint-Grégoire, parce que celle-ci n’est pas protégée et est vraiment à contresens sans protection. Donc on ne peut pas la garder ouverte l’hiver. Et de Brébeuf, le problème, c’est qu’au sud de Mont-Royal, la rue est étroite. Donc la machinerie ne peut pas passer » explique Marianne Giguère, conseillère de la ville.

Cependant, par rapport à l’hiver dernier, il y a aussi de nouvelles pistes, comme sur la rue Roy et l’avenue des Pins, où deux nouvelles bandes cyclables quatre saisons, situées de chaque côté, ont fait leur apparition. La piste cyclable qui longe l’avenue du Parc Lafontaine sera également ouverte pour la première fois cet hiver.

L’ensemble du réseau cyclable dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal (Source : l’arrondissement PMR)

Justement, pour que les voies soient praticables lors de forte chute de neige, deux balais-brosses ont été acquis par les services de la voirie et devraient être reçus dès le début du mois de décembre. Même si ces deux machines n’étaient pas disponibles pour la première bordée de neige de la semaine dernière, les efforts de la ville se font déjà remarquer. « Ce matin, j’ai vu une piste vraiment dégagée, le long du parc Laurier sur la rue Montana. Il ne me semblait pas qu’elle l’était autant avant » a remarqué Kevin Avril-Eymard, un habitant de l’Est de l’arrondissement qui s’est déplacé à vélo tout l’hiver dernier pour se rendre au travail.

En plus des deux balais-brosses, un appareil pour faire de l’épandage liquide sera ajouté à l’arsenal de l’arrondissement. Cela permettra de faire fondre la neige pour en faciliter son ramassage et également de limiter les sols gelés qui se forment en dessous des amas de neige.

« Maintenant que ça a été annoncé, on s’attend à une qualité. Car la plupart des pistes ne sont pas protégées, c’est sur routes. Donc il ne faut pas que la piste ou la pente servent de dépôt à neige. C’est ce qu’il passe souvent. Est-ce que ça va être mieux cette année ? C’est là qu’on va faire les suivis » prévient Claudine Sauvadet, qui encourage les cyclistes à composer les 311 dès qu’ils verront des situations problématiques.

L’arrondissement est conscient de ce problème de dépôt de neige qui est dangereux pour les cyclistes. Les élus assurent qu’ils feront leur possible pour garder le réseau ouvert, accessible et sécuritaire, mais qu’il faut un effort de tout le monde. « Il faut comprendre aussi qu’au-delà de la volonté politique, il faut aussi que l’équipe de voirie embarque dans le projet. Certains employés n’y croient pas et y mettent moins de cœur. C’est une culture qui se transmet. La bonne nouvelle, c’est que, comme il y a de plus en plus de cyclistes l’hiver, ça va devenir de mieux en mieux », ajoute la conseillère.

En effet, le nombre de personnes qui roulent l’hiver a connu une croissance incroyable. L’hiver dernier, pratiquement 13 % des cyclistes Montréalais ont continué à rouler, selon la firme Éco-compteur, spécialiste du comptage de vélo dans différentes villes du monde, dont Montréal. Une proportion qui a plus que doublé en moins de dix ans. Ils étaient seulement 6 % en 2009 . Une station de comptage se trouve proche du métro Laurier et vous pouvez suivre l’évolution de ces chiffres ==>ici<==

Si la Ville fait des efforts, mais il ne faut pas oublier que la sécurité est une affaire de tous. « Quoiqu’il arrive si tu n’as pas un vélo équipé, tu seras toujours en danger », conclut Kevin Avril-Eymard.

Vos commentaires
loading...