Publicité

En route vers les élections sur le Plateau

Politique
Julia Sanchez
La candidate du Nouveau Parti Démocratique (NPD) dans Outremont, Julia Sánchez, en compagnie du chef du NPD, Jagmeet Singh. (Photo : Courtoisie)

Une partie des résidents du Plateau-Mont-Royal seront appelés aux urnes en février prochain dans le cadre de l’élection partielle fédérale qui se tiendra dans Outremont.

En effet, bien que le nom de la circonscription semble dire le contraire, plusieurs citoyens du Plateau sont concernés par la partielle qui vise à élire le/la candidat(e) qui succédera à l’ancien député et chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada, Thomas Mulcair — celui-ci ayant démissionné en août dernier (voir carte ci-dessous).

Bien que la lutte s’annonce féroce pour toutes les formations politiques, c’est surtout le NPD qui sera mis à rude épreuve. D’abord parce que le parti devra continuer de faire ses preuves s’il veut conserver le château fort néo-démocrate construit par Mulcair depuis 11 ans. Ensuite, à moins d’un an des élections générales, la partielle se révèle comme un test pour le parti.

« C’est l’un des premiers sièges que nous avons obtenus au Québec et qui nous a donné la poussée de la vague orange. D’un point de vue historique et symbolique, c’est très important pour le parti » admet la candidate du NPD dans Outremont, Julia Sánchez.

Une candidate du milieu humanitaire

D’ailleurs, la candidate va déjà à la rencontre des résidents de la circonscription depuis le mois d’août avec des tournées de porte-à-porte, des rencontres de petite et plus grande envergure et un minimum de deux assemblées de cuisine par semaine. 

« Je travaille beaucoup pour connecter avec les gens, entendre leurs enjeux et me faire connaître », fait valoir Mme Sánchez, qui attend néanmoins que la partielle soit officiellement déclenchée par le gouvernement de Justin Trudeau d’ici le 30 janvier.

Issue du milieu humanitaire, elle souhaite que les enjeux locaux trouvent un écho au niveau national et international. « Notre politique d’immigration, de commerce extérieur ou environnemental a un impact sur la vie des Canadiens, mais aussi sur le reste du monde et surtout sur les pays en développement », fait valoir la néo-démocrate. 

C’est notamment dans cette considération de « citoyen du monde » qu’elle se dit heureuse de poser sa candidature dans une circonscription qui touche en partie le Plateau-Mont-Royal. « Les gens sont très ancrés dans leur communauté, très engagés au niveau local. Mais ils comprennent aussi très bien cette relation étroite entre notre réalité au Canada et le reste du monde », souligne Julia Sánchez en se disant inspirée par les multiples initiatives citoyennes qui naissent dans le quartier.

Conserver un siège orange

Ayant travaillé pendant 25 ans en coopération internationale — notamment comme présidente-directrice générale d’un « groupe parapluie » d’organismes canadiens dans le domaine — Mme Sanchez est confiante de pouvoir influencer les décisions prises au Parlement.

« Mon mandat était de représenter tout le secteur [de la coopération internationale] et d’influencer les politiques du gouvernement fédéral par rapport à l’aide humanitaire et à notre développement, explique-t-elle. J’ai vu l’importance d’avoir de bonnes politiques et d’avoir des politiciens à l’écoute. »

Quant à savoir son appréhension à l’égard du siège du NPD dans Outremont, la candidate se dit tout aussi sûre de la formation qu’elle représente. Consciente de la pression qui pèse sur elle, Julia Sánchez semble prête à tout pour que la circonscription conserve sa couleur orange.

Autres candidats pour la partielle :
– Jamine Louras pour le Parti conservateur du Canada
– L’assemblée d’investiture du Parti libéral du Canada se tiendra le 16 décembre. Pour l’instant, les candidates Rachel Bendayan et Kimberley Manning ont annoncé leur intention de se présenter.
– D’autres candidats seront annoncés d’ici l’élection partielle.

La circonscription d’Outremont. (Photo : Élections Canada)

Contribuez à la relance

Forts du succès de notre campagne de sociofinancement, nous misons d’abord et avant tout sur le soutien financier direct de notre lectorat.

Nous vous invitons donc à nouveau à contribuer, dans la mesure de vos moyens, pour nous permettre de mener à bien notre projet de reprise collective et de transformation de Pamplemousse.ca en entreprise d’économie sociale.

Les sommes amassées dans le cadre de notre campagne sur La Ruche nous assurent de pouvoir continuer à opérer jusqu’au 1er mars, mais chaque contribution supplémentaire nous permettra de prolonger notre effort de relance et augmentera d’autant nos chances de succès.

À l’heure actuelle, nous opérons sur un budget hebdomadaire d’à peine 1500 $ (!). Vous êtes de milliers à nous lire chaque semaine. Si chacun et chacune d’entre vous nous donnait 1 $ par article lu, notre avenir à court terme serait assuré.

Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que 100 % de notre lectorat puisse ou veuille contribuer financièrement à la survie de notre réseau. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’intention d’ériger de mur payant pour accéder à nos contenus qui sont – et demeureront – gratuits et libres d’accès, par souci de démocratisation de l’information locale.

Processing ...
CAD

Vos commentaires
loading...