Publicité

Elle initie les enfants à la philosophie !

Éducation
Accompagnée de son inséparable mini-Socrate - une marionnette fabriquée en laine -, Dalila Assefsaf, une habitante du Plateau, se rend chaque semaine à l’école Au pied de la Montagne. (photo : Agathe Beaudoin)
Accompagnée de son inséparable mini-Socrate – une marionnette fabriquée en laine -, Dalila Assefsaf, une habitante du Plateau, se rend chaque semaine à l’école Au pied de la Montagne. (photo : Agathe Beaudoin)

Sur le Plateau, Dalila Assefsaf propose des cours de philosophie aux jeunes enfants, à partir de 4 ans.

Accompagnée de son inséparable mini-Socrate – une marionnette fabriquée en laine -, Dalila Assefsaf, une habitante du Plateau, se rend chaque semaine à l’école Au pied de la Montagne. Pédagogue de formation, puis enseignante, cette Montréalaise d’adoption propose depuis deux ans des ateliers de philosophie aux plus jeunes, avec un enthousiasme débordant.

« Tous les parents le remarquent : les enfants posent naturellement beaucoup de questions, parce qu’ils sont naturellement prédisposés à ça ! », explique cette maman d’une fillette de 7 ans. « Pourtant, la philosophie est souvent absente de leur quotidien. Ces séances leur apportent des clés pour aller plus loin dans la réflexion, accepter des points de vue différents, dans le respect de l’autre. Je ne leur explique pas les discours de Socrate ou de Platon, mais ensemble, nous philosophons. »

« Pas de morale »

L’atelier de Dalila Assefsaf, qui peut s’adresser aux enfants dès leur entrée en maternelle, débute par quelques minutes de présence attentive. « Certains écoutent le bruit d’un bol tibétain, d’autres ferment les yeux, prennent un livre… Après cette méditation, nous allons évoquer un thème : la paix, la colère… L’autre jour, nous avons réfléchi à cette question : “L’argent crée-t-il le bonheur? ” Les réponses des enfants sont toujours incroyables ! »

Pour cette grande brune aux yeux pétillants, l’essentiel, la base de son approche, réside sur la notion de « bienveillance ». « Je ne suis pas là pour faire de la morale. Je n’infantilise pas, je ne les sous-estime pas, je n’influence pas. Je les amène à aller au bout de leur pensée et à puiser dans leurs ressources intérieures, en douceur. Les enfants y sont très sensibles, et s’ils ressentent cette confiance, alors les échanges sont possibles. Ces ateliers de philosophie et de bien-vivre ensemble doivent permettre de développer l’esprit critique et le sens de la répartie de ces jeunes individus. »

Enseignante en premier cycle à l’école Au pied de la Montagne, Marie-Hélène Ferron observe l’apport positif de ces ateliers dans sa classe : « Cela amène les élèves à réfléchir, à se connaître, à faire leurs propres choix. Les enfants prennent conscience de leurs émotions, de leurs goûts, de leurs intérêts. C’est une expérience unique.

Pour les citoyens de demain

Disciple du philosophe et auteur français Frédéric Lenoir (le père de la fondation Savoir-être et vivre ensemble SEVE), Dalila Assefsaf s’est aussi formée à l’université Laval avant de créer un organisme à but non lucratif nommé Les têtes bien faites pour lui permettre d’aller au bout du projet : diffuser au plus grand nombre d’enfants la philosophie, et la gestion de leurs émotions. Si elle intervient régulièrement à l’école Au pied de la Montagne, l’animatrice développe aussi son activité dans les bibliothèques du Plateau ainsi qu’au centre Le Livart. Et songe encore à instaurer d’autres rendez-vous, ouverts à tous : « J’aimerais mettre en place des ateliers de philo parents – enfants, parce que c’est une formule gagnante pour tous. »

Aujourd’hui, cette philosophe pour enfants en est certaine : « Sensibiliser les plus jeunes à leurs propres émotions et au respect des autres, les aider à émettre leurs propres opinions, c’est construire les citoyens de demain. Et c’est aussi un anti radicalisation ! Ce n’est pas une baguette magique, les résultats ne sont pas instantanés, mais c’est comme une médecine douce qui permet de mieux se connaître. »

Présente dans 75 pays

La philosophie pour enfants est apparue aux États unis dans les années 70 et est présente dans 75 pays. Pour autant, elle n’est que très rarement intégrée dans les programmes officiels scolaires du primaire. L’université Laval propose un programme de formation à la philosophie pour enfants porté par Michel Sasseville à la faculté de philosophie. Par ailleurs, l’UNESCO a créé une chaire avec l’université de Nantes (France) baptisée « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ». Même si la philo pour enfants reste au Québec encre rare, pour la fondatrice des Têtes bien faites, aucun doute : la discipline va se développer dans les prochaines années.

– Conférence de Dalila Assefsaf le 26 janvier à l’UQAM. Renseignement sur la page Facebook : « L’éducation autrement »

– Tout le programme des activités des Têtes pensantes sur le site : lestetesbienfaites.com

Vos commentaires
loading...