Publicité

De nombreux artistes du Plateau sélectionnés pour les Francouvertes

Culture
Sylvie Courtemanche, directrice des Francouvertes et les portes-paroles Karim Ouellet et Sarahmée lors de la soirée de lancement au Lion d’Or (photo: Maryse Boyce)

Neuf artistes originaires ou résidents du Plateau seront en compétition lors de la 23e édition des Francouvertes. Une représentation de choix alors que 21 artistes et groupes feront partie de l’événement.

Les Francouvertes existent depuis 1995. Après 23 éditions, un nombre important d’artistes francophones ont été découverts grâce à ce concours qui braque les projecteurs sur la relève. Karim Ouellet, les sœurs Boulay, les Cowboys fringants, Dead Obies ou encore Émile Bilodeau en sont des exemples.

L’arrondissement bien représenté

Loukas Perreault de la formation Titelaine, Karolane Carbonneau, Lisandre Bourdages et Alex Guimond de Comment Debord, Paul Provencher (alias Kirouac), Marc-André Foisy (alias Foisy.), Thierry Larose, Dear Denizen et Olivier Lessard font donc partie des 21 artistes en compétition. Il s’affronteront sur sept semaines, à raison de trois artistes par semaine, tous les lundis à partir du 18 février.

Une telle représentation du Plateau laisse croire qu’il s’agirait d’un vivier de talents francophones. Ce qui n’étonne pas Karolane Carbonneau du groupe montréalais Comment Debord.

« Il y a beaucoup d’action sur le plateau, avec de belles salles. Il y avait le Divan Orange qui n’existe plus et c’est très triste. On a toujours le Verre Bouteille, la Casa Del Popolo, le Quai des Brumes. Ce sont toutes des places où les artistes vont jouer, où l’on se fait des contacts et où l’on se pratique. C’est vraiment cool d’habiter dans le Plateau pour cela. »

Certains artistes participent aux Francouvertes pour se faire connaître du public, alors que d’autres tentent de se créer des contacts avec le milieu professionnel. D’autres s’y inscrivent pour l’opportunité qu’offre le concours en termes de récompense.

Par exemple, l’artiste Foisy y voit une opportunité de s’entourer pour la suite de sa carrière :

« Je suis rendu à un endroit dans ma carrière où j’ai besoin d’un entourage. Participer à ce concours, ça ajoute de la crédibilité à mon projet. C’est sûr que je veux faire découvrir ma musique au plus grand nombre de personnes possible, mais on ne se cachera pas non plus qu’il y a des gens de l’industrie qui sont là et qui peuvent me voir. Et si ça peut fitter personnellement et professionnellement, moi j’aimerais cela, c’est clair. »

Promouvoir la langue française

Foisy et Comment Debord ont le point commun de verser dans le folk et le soul, avec des chansons qui parlent du quotidien, des états d’âme. Les paroles sont recherchées, fouillées, avec des rythmes lancinants et, évidemment, en français.

« C’est ma langue première, c’est comme cela que je vis, quand je pleure c’est en français, quand je ris avec mes amis c’est en français. Je pense que c’est aussi une conscience que j’ai de plus en plus. C’est ma façon de contribuer à ce combat-là de promouvoir la langue française un peu partout. Ce n’est pas un choix de chanter en français, c’est une évidence », raconte Foisy.

Cette année, les porte-paroles seront Karim Ouellet et Sarahmée. Les Francouvertes sont le premier concours québécois dont l’évaluation est assurée à parts égales par un jury formé de représentants de l’industrie musicale et des médias et par le public qui assiste aux spectacles.

Les porte-paroles officieront également comme jury lors de la finale. Dans les tours précédents, ce seront Catherine Leduc (auteure-compositrice-interprète), Claudie Jalbert (Dare To Care Records), Étienne Galarneau (CISM), Julien Boumard Coallier (Fondation SOCAN), Michelle Paquet Urbania), Noémie Laniel (Albertine management) et Steve Marcoux ([co] motion) qui endosseront cette lourde tâche.

Certains d’entre eux ont d’ailleurs participé à la sélection des 21 groupes participants. Pour Karolane, de Comment Debord, cette sélection a été aidée par leur activité, même si la guitariste est la dernière arrivée du groupe : « Moi, cela ne fait pas longtemps que je suis sur le projet. Je suis arrivée cet été, alors que le projet a débuté en 2016. On a sorti un EP cet été et on a tourné pas mal sur CISM 89,3 FM. C’est cela qui nous a fait connaître un petit peu. »

Des prix alléchants pour lancer une carrière

Les artistes devront jouer des morceaux de leurs répertoires, mais aussi créer des chansons inédites pour l’occasion. Foisy et Comment Debord ont bien avancé ce processus. Foisy travaille sur un nouvel EP avec des sons plus rocks, plus entraînants, mais aussi avec des thèmes plus engagés.

Comment Debord, de son côté, est en train d’enregistrer un nouvel EP également : « En ce moment, on est en studio avec Jean-Bruno Pinard, réalisateur et ingénieur de son hors pair. On a presque fini d’enregistrer un nouvel EP de quatre morceaux qui sortira aux environs de l’été. On va donc jouer deux morceaux de l’ancien EP et les autres se seront des compositions originales inédites », assure Karolane.

À la clef de ce concours, le gagnant pourra repartir avec une bourse SiriusXM de 10 000 dollars, une campagne publicitaire, un contrat de distribution physique et numérique et plusieurs autres récompenses comme des enregistrements en studio et des apparitions dans des concerts.

De même, les finalistes et demi finalistes repartiront avec des prix qui aideront leurs carrières.

Les 21 participants ont déjà gagné un clip gratuit, tourné par la direction du concours, pour les présenter, qu’ils pourront utiliser comme bon leur semble après les Francouvertes.

La finale aura lieu le 6 mai au Club Soda.

Et, comme le dit Karolane de Comment Debord, : « Je ne suis vraiment pas stressée avec les Francouvertes, ça va vraiment être le fun. Il faut plus le voir comme une chance et une expérience. »

Pour en savoir plus :

Vos commentaires
loading...