Publicité

Le Parti libéral tentera de prendre le pouvoir dans Outremont

Politique
La candidate du Parti Libéral, Rachel Bendayan. (photo : courtoisie de Rachel Bendayan et de son équipe)

Rachel Bendayan continue sa campagne dans Outremont en vue de l’élection partielle qui aura lieu le 25 février. La candidate libérale multiplie les rencontres. L’objectif est clair: reprendre l’arrondissement des mains du NPD.

La retraite de Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) entre 2012 et 2017, au milieu de l’été, a laissé une place vide dans le comté d’Outremont, lui qui en était le représentant au fédéral depuis 2007.

Rachel Bendayan tentera donc de prendre cette place, dont une portion est dans le Plateau, elle qui été déjà candidate pour le PLC lors de l’élection de 2015. La victoire était revenue au NPD avec 44 % des voix contre 33,5 % pour le PLC. Cette expérience a servi.

Son parcours

La native de la circonscription d’Outremont, elle y habite d’ailleurs encore aujourd’hui, connait la réalité et les disparités socio-économiques entre le Mile-End, Outremont et Côte-des-Neiges. Après avoir étudié le droit à l’Université McGill, elle est devenue avocate. Ses débuts dans le parti datent de cette époque-là.

« Cela fait depuis mes années à l’université que je suis impliquée au côté du Parti libéral du Canada. Quand j’étais avocate, j’ai approfondi mon implication. J’ai été nommée comme conseillère juridique du parti. Je siégeais au sein du Conseil d’administration national. La plus jeune de l’histoire du parti. Cela m’a vraiment donné une chance de voir comment ça fonctionne un parti politique », se rappelle-t-elle.

Après la « décennie du gouvernement Harper », elle décide qu’il est temps de se porter en avant. « Je me suis dit que cela prenait la prochaine génération pour se mettre de l’avant. De sortir des coulisses, de se lever les manches et de reprendre le Canada en main ».

Étant juriste en droit international, elle mentionne avoir vu la réputation du Canada, à l’extérieur de ses frontières, baisser fortement. Une raison de plus pour qu’elle saute le pas en 2015.

La défaite en 2015 ne semble pas l’avoir trop marquée, au contraire, elle estime que cette expérience va lui servir de façon positive pour l’élection à venir :

« Je me suis présentée en 2015, j’ai continué à travailler dans le comté depuis, à rencontrer les gens, à participer aux événements communautaires, raconte la libérale. Les gens se souviennent de moi. Je pense que c’est une bonne chose qu’ils voient qu’il y a quelqu’un qui travaille depuis très longtemps sur le terrain. Quelquefois, en politique, on tient les choses pour acquises, mais il ne faut jamais prendre les gens pour acquis. »

Le local de campagne de Rachel Bendayan et de son équipe dans Outremont, au 1282 avenue Bernard. (photo : Ganzer Nicolas)

Tous les jours, et cela depuis pratiquement le jour de son investiture par le parti, le 16 décembre 2018, son équipe et elle-même sont sur le terrain, à faire du porte-à-porte, à téléphoner aux gens ou tout simplement dans la rue. « C’est une belle façon de rester à l’affût des enjeux qui sont importants pour les citoyens du Mile-End, d’Outremont et de Côte-des-Neiges et de permettre aux résidents de me poser leurs questions. », estime Mme Bendayan.

Elle a d’ailleurs été accompagnée par nulle autre que le premier ministre Justin Trudeau, le 28 janvier dernier, dans sa tournée du soir. « Pour moi, c’était vraiment une fierté de faire du porte-à-porte avec lui, car c’est ce que je fais tous les soirs, j’ai pu lui montrer le comté, et j’ai pu lui présenter mes concitoyens »

 Les priorités de son programme

Certains sujets inquiètent les résidents, notamment la question des logements abordables et disponibles. Un besoin de plus en plus présent, surtout avec l’arrivée du nouveau campus de l’Université de Montréal. La candidate écoute et explique le plan de son parti à ce sujet.

« Dans le plan présentement, nous prévoyons de créer plus de 100 000 nouveaux logements abordables à travers le pays et de rénover plus de 300 000 existants. Si je suis élu, je me ferais un devoir, comme député de notre communauté, qu’une partie de ce budget soit alloué ici. Cela fait partie de notre programme ».

Un autre aspect sur lequel la candidate du PLC insiste, c’est sur l’enjeu des petites entreprises. En effet, forte de sa nomination comme chef du cabinet de la ministre des PME en 2015 dans le gouvernement Trudeau, c’est un sujet qu’elle semble maîtriser. Surtout que, comme elle le mentionne, c’est un enjeu professionnel et personnel, son époux ayant une PME.

Dans le Mile-End, par exemple, elle déplore la fermeture du commerce Chocolats Andrée, sur l’avenue du Parc, qui été présent dans le quartier depuis 1939. Même si c’était des circonstances particulières, cela ne l’était pas pour la fermeture de la crêperie sur Saint-Viateur. Mme Bendayan se serait entretenue avec l’ancienne propriétaire qui lui aurait dit que ce n’était pas en vendant des crêpes à dix dollars qu’elle pouvait faire face à l’augmentation des loyers. Une situation qui serait loin d’être un cas isolé selon la candidate.

Dans son rôle de chef de cabinet, elle a participé à différents projets pour aider les PME. « J’ai travaillé sur la stratégie des femmes entrepreneurs. Nous avons maintenant un fonds d’investissement prévu et attitré pour les femmes. Nous avons aussi baissé les impôts pour toutes les petites entreprises à 9 %, et je compte continuer dans ce sens-là ».

Elle rappelle que le PLC a fait passer une loi d’équité salariale dans le secteur public. De plus, il y a eu la nomination d’une ministre responsable de la condition féminine au niveau fédéral, l’honorable Maryam Monsef, et que ce n’était pas le cas avant.

La famille est également l’un des sujets phares de sa campagne. Elle-même, mère de famille, elle comprend les besoins et inquiétudes des ménages. Elle rappelle d’ailleurs que son parti a déjà fait des avancées concrètes pour les aider. L’allocation canadienne pour les enfants en fait partie : « Nous avons en ce moment plus de 17 000 enfants dans le comté qui reçoivent cette allocation. C’est énorme, cela vient aider tant pour les achats de fournitures scolaires, pour les activités parascolaires qui deviennent de plus en plus chères. »

La candidate devra lutter jusqu’au dernier moment. Sa principale adversaire sera Julia Sanchez, la candidate du NPD, qui a la lourde de tâche de succéder à Thomas Mulcair en tant que visage du NDP dans Outremont.

Le parti conservateur est également dans la course avec Jasmine Louras. Les autres candidats sont Michel Duchesne du Bloc québécois, Daniel Green du parti Vert et James Seale du Parti Populaire, le dernier annoncé en date.

Est-ce que Rachel Bendayan réussira à remettre le Parti libéral à la tête d’Outremont pour la première fois depuis 2006 et Jean Lapierre ? Réponse le 25 février !

Pour en savoir plus sur le programme du Parti libéral, rendez vous sur la page officiel de Rachel Bendayan.

 

Contribuez à la relance

Forts du succès de notre campagne de sociofinancement, nous misons d’abord et avant tout sur le soutien financier direct de notre lectorat.

Nous vous invitons donc à nouveau à contribuer, dans la mesure de vos moyens, pour nous permettre de mener à bien notre projet de reprise collective et de transformation de Pamplemousse.ca en entreprise d’économie sociale.

Les sommes amassées dans le cadre de notre campagne sur La Ruche nous assurent de pouvoir continuer à opérer jusqu’au 1er mars, mais chaque contribution supplémentaire nous permettra de prolonger notre effort de relance et augmentera d’autant nos chances de succès.

À l’heure actuelle, nous opérons sur un budget hebdomadaire d’à peine 1500 $ (!). Vous êtes de milliers à nous lire chaque semaine. Si chacun et chacune d’entre vous nous donnait 1 $ par article lu, notre avenir à court terme serait assuré.

Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que 100 % de notre lectorat puisse ou veuille contribuer financièrement à la survie de notre réseau. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’intention d’ériger de mur payant pour accéder à nos contenus qui sont – et demeureront – gratuits et libres d’accès, par souci de démocratisation de l’information locale.

Processing ...
CAD

Sur le même sujet:

La campagne du NPD lancée dans Outremont

 

Vos commentaires
loading...