Publicité

Une portion de la rue Marie-Anne mise à sens unique

Transport, Vie de quartier

À partir du mois d’avril, la rue Marie-Anne Est deviendra une voie à sens unique entre les rues Papineau et de Lorimier.

C’est ce qu’a annoncé Marianne Giguère, la conseillère de ville du district de Lorimier, lors conseil d’arrondissement du 4 février. « On s’est fait demander d’apaiser la circulation à plusieurs reprises. On a commencé par essayer avec de la signalisation. On a installé un passage piéton et on a mis des balises pour diminuer la vitesse », explique-t-elle.

Protéger les résidents

Des initiatives qui n’ont pas apporté les changements espérés. C’est pour cela que l’arrondissement, après des consultations publiques avec les résidents, les employés du CPE Le Sablier, ceux de l’école secondaire Jeanne-Mance et les parents, a décidé de faire de ce tronçon un sens unique.

Un secteur qui héberge bon nombre d’édifices pour d’éducation, le sport ou la famille, « qu’on a commencé à appeler, un pôle famille et jeunesse », raconte Marianne Giguère.

Et pour cause, cet endroit abrite non seulement le plus grand CPE du Québec, qui accueille plus de 200 enfants, mais aussi l’école secondaire Jeanne-Mance, où près de 1000 élèves se rendent chaque jour, ainsi que le parc des Compagnons-de-Saint-Laurent, l’aréna Mont-Royal et le Centre sportif du Père Sablon, qui accueille un camp de jour l’été.

Lucie Chabot, directrice générale du CPE Le sablier, voit d’ailleurs d’un bon œil cette décision. « L’objectif étant de diminuer la circulation, c’est sûr que ça ne sera que positif, se réjouit-elle. Quand on a 208 enfants, cela fait beaucoup de parents et d’enfants, le matin et le soir. Donc, quand il y a un surplus de circulation, les traverses piétonnes ne sont pas toujours respectées. »

Quant à elle, Isabelle Forget, directrice de l’école secondaire Jeanne-Mance, n’avait pas de commentaires à faire sur le sujet.

Un volume trop dense

« Les gens du coin déploraient depuis des années le volume, la densité du transit du trafic dans ce petit bout de rue là », justifie Mme Giguère.

Une hausse qui selon Mme Chabot est attribuable à un changement apporté sur l’avenue Papineau. « Depuis que les gens ne peuvent plus tourner à gauche sur Papineau pour prendre le pont, depuis la rue Rachel, cela a triplé la circulation sur la rue Marie-Anne », avance la directrice.

Effectivement, les statistiques de la sécurité routière montrent qu’il s’agit d’un coin particulièrement dangereux. Ainsi, Marianne Giguère indique que presque 3800 véhicules y circulent chaque jour, ce qu’elle juge énorme pour ce genre de rue. Et, entre 2005 et 2014, neuf piétons, 14 cyclistes et 35 automobilistes y ont été blessés dans divers accidents.

« Le parc Compagnons-de-Saint-Laurent est très sollicité par les étudiants de l’école Jeanne-Mance, notamment sur l’heure du midi, et des conflits entre automobilistes et piétons traversant à mi-tronçon sont observés au niveau de la sortie du stationnement de l’école Jeanne-Mance », peut-on lire dans l’ordre du jour pour justifier cette décision de mettre ce tronçon de rue en sens unique.

« C’est une mesure qui est favorable aux gens qui sont en déplacement actif, à pied et en vélo, mais aussi vraiment pour les automobilistes », conclut la conseillère.

Une décision qui n’a pas tardé à être applaudie par l’une des personnes venues poser des questions au maire et à ses conseillers. « Je voudrais vous remercier pour votre décision concernant la rue Marie-Anne Est. C’est magnifique pour nous », a déclaré Patrick Salevsky, un résident du coin.

Dès le mois de mars, les automobilistes seront prévenus par des affichages de l’entrée en vigueur du sens unique, qui sera en vigueur le mois suivant.

Contribuez à la relance

Forts du succès de notre campagne de sociofinancement, nous misons d’abord et avant tout sur le soutien financier direct de notre lectorat.

Nous vous invitons donc à nouveau à contribuer, dans la mesure de vos moyens, pour nous permettre de mener à bien notre projet de reprise collective et de transformation de Pamplemousse.ca en entreprise d’économie sociale.

Les sommes amassées dans le cadre de notre campagne sur La Ruche nous assurent de pouvoir continuer à opérer jusqu’au 1er mars, mais chaque contribution supplémentaire nous permettra de prolonger notre effort de relance et augmentera d’autant nos chances de succès.

À l’heure actuelle, nous opérons sur un budget hebdomadaire d’à peine 1500 $ (!). Vous êtes de milliers à nous lire chaque semaine. Si chacun et chacune d’entre vous nous donnait 1 $ par article lu, notre avenir à court terme serait assuré.

Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que 100 % de notre lectorat puisse ou veuille contribuer financièrement à la survie de notre réseau. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’intention d’ériger de mur payant pour accéder à nos contenus qui sont – et demeureront – gratuits et libres d’accès, par souci de démocratisation de l’information locale.

Processing ...
CAD
Vos commentaires
loading...